En juin dernier, j’ai fait le grand saut de l’entreprenariat. Ouep, un grand saut dans le vide avec comme seul filet mon entreprise et ma famille. Après 4 merveilleuses années à travailler pour un patron devenu ami au sein d’une équipe incroyable à réaliser un travail que j’adorais, en plus de contribuer à la plus grande chaîne de solidarité québecoise, j’ai tiré ma révérence. J’ai eu peur. J’ai eu la chienne comme on dit. Mais vous savez quoi ? Bien que mes «amillègues» me manquent terriblement, je pense encore à ce jour que j’ai pris la meilleure décision de ma vie…

Juste ce matin, Jacob-Olivier et moi avons pris le temps de prendre le temps. Vous, parents, comprendrez sûrement ce cadeau de la vie qui est de réveiller doucement son enfant avec des chatouilles et des bisous. Ce que c’est que de déjeuner ensemble, assis, avec un petit déjeuner chaud comme les jours de week-end. Avoir le temps de répéter 30 fois d’aller se brosser les dents. Oups, non, ça ce n’est pas une chose agréable, mais quand on a le temps, ça devient moins frustrant. #riennestparfait

Dans ma vie tout va vite : je parle vite, je marche vite, je réagis (trop) vite… Mais depuis mon nouveau rôle de mamentrepreneure, la vie a pris un autre rythme. Je valse maintenant sur un rythme reggae qui donne un air de vacances à toutes les journées de la semaine. Mon Jake avait déjà contribué à ralentir mon tempo, à gérer mieux mon agenda et à prendre le temps. Un auteur avait écrit dans son livre : Soyez un enfant de 4 ans : cesser de vous en faire avec demain, vivez le moment présent. Et bien, aujourd’hui, j’ai 4 ans! Mon quotidien est plus chargé, je travaille parfois les week-ends et en soirée, je réponds à des courriels à 5AM, et je ne changerais ça pour rien au monde!

Je n’ai plus aucune sécurité financière. Plus d’assurances collectives non plus. Plus de vacances payées. Mais j’ai la liberté. La liberté d’aller chercher mon garçon plus tôt. La liberté d’avoir pris 3 semaines de vacances sur 3 pays différents. J’ai aussi la chance de pouvoir m’entraîner tous les matins (à 6AM plutôt que 5AM) avant de démarrer ma journée. J’ai eu le temps de cuisiner un gâteau de fête pour mon homme un jeudi après-midi. Je ne suis plus prise dans le traffic aux heures de pointe. Je peux prendre des rendez-vous chez le dentiste en plein milieu de la semaine. Je peux dire qu’à 31 ans, je respire et vis pleinement.

Alors aujourd’hui, entre deux consultations privées, j’aurai le temps de plier mon lavage, de me faire une manicure et de préparer le souper. Plus de temps pour moi. Plus de temps pour nous…. Chez nous c’est pas «Marketing, scotch et domination mondiale», c’est plus «Famille, câlins et sommeil pour tous».

Crédit photo : Elias Djemil, photographe et réalisateur (de talent immensément grand)