Pas besoin d’un doctorat pour faire dormir un enfant par Bedaine Urbaine

Non, on ne laisse pas pleurer un enfant, mais ça ne prend pas un diplôme universitaire pour savoir ça. On ne le laisse JAMAIS pleurer pour aucune raison puisqu’en répondant rapidement à ses besoins, vous bâtissez ainsi le lien de confiance qui vous unira pour la vie. Vous avez le devoir et la responsabilité en temps que parents de veiller au bien-être de votre enfant et ce, jour et nuit. Un bébé qui pleure en pleine nuit (ou en plein jour) ne le fait pas pour vous irriter ou vous tester, il pleure pour communiquer. S’il pouvait parler, croyez-moi, il le ferait… C’est en écoutant un excellent podcast «Les Dérangeants», je me suis rendue compte que non seulement je devais assurer un service à la clientèle sans faille, répondre rapidement aux questions des TopTop Parents et assurer une relation saine et harmonieuse avec nos collaborateurs, mais que je devais aussi me battre contre un changement de culture. L’entraînement au dodo est mal aimé et pourtant il sauve des vies et fait des miracles #miraclesdusommeil Il y a quelques mois déjà, on m’avait suggéré de modifier le terme «entraînement au dodo» afin de contrer les foudres qui nous étaient adressées. J’ai refusé. J’ai refusé, car il y a vraiment un parallèle à faire avec l’entraînement au dodo et l’entraînement physique qui me permet de vulgariser l’importance de la flexibilité, la discipline et la répétition. Donc, je n’ai pas changé le terme, ni mon approche, mais je travaille très fort sur l’ouverture d’esprit et l’acceptation du fait que, parfois, l’entraînement au dodo reste la seule et unique solution pour conserver l’harmonie...

L’art subtile de la discipline aimante par Bedaine Urbaine

Je n’ai jamais entendu un TopTop Parent dire : « Oh, moi j’aime assez ça la discipline! Ça me donne un méchant power trip et ça me permet même de me défouler sur l’être humain que j’aime le plus au monde». Non, je n’ai jamais entendu ça. Je n’ai jamais rêvé d’en arriver là avec mon Jake non plus t’sais. Moi qui essaye, autant que possible, de prôner l’éducation positive, la récompense des bons comportements, le travail d’équipe, l’empathie… Mais il n’y a pas si longtemps, j’ai rencontré ma nouvelle meilleure amie Madame Discipline et croyez-moi sa réputation n’est pas à la hauteur de ses bienfaits. Comme parents, nous pensons à tort que la discipline est négative. Que la discipline c’est de crier après ses enfants, les mettre en punition et jouer à être un dictateur. Et pourtant… La discipline en soi n’a rien de négatif si nous sommes capables de la communiquer avec respect et d’adapter nos interventions selon l’âge de l’enfant et la nature du problème. Il y a une nuance entre un enfant qui met en danger la vie d’un autre enfant et celui qui oublie de ranger ses chaussures en entrant dans la maison… T’sais que de choisir ses batailles est important pour ton mental de mom, mais ça on y reviendra. L’idée avec la discipline est de trouver notre propre style et de garder en-tête que «tough love is still love». Ceci dit, les punitions physiques c’est out ! Frapper un enfant sans défense, c’est non ! La discipline est primordiale dans la vie d’une enfant comblé et encadré. Elle aide à mettre sur pied...

Winter is coming… par Florence Pinon

L’hiver s’en vient, l’hiver s’en vient… Chaque année, à partir du mois d’octobre, fleurissent sur les réseaux sociaux/sites de revente les vêtements d’hiver/manteaux/salopettes/tuques/bottes, les pneus d’hiver, les rims rouillées, et les offres d’anti-rouille (pas pour les rims hein). Chaque année, on entend le même refrain : l’hiver s’en vient ! Et chaque année, au moment de la première neige, les voitures roulent toutes au ralenti parce que vous savez quoi ? Ils étaient tous trop occupés à dire à tout va que l’hiver s’en vient, pour monter leurs pneus d’hiver. Ca me rappelle une phrase que quelqu’un m’a dite l’année dernière, le jour de la première neige : Aujourd’hui, c’est le festival des pneus d’été dans le fossé ! Et cette année encore, on n’y échappera pas. Aux pneus d’été dans le fossé. Bon, je fais ma fière mais sur mes 2 autos, ben il n’y en a qu’une seule qui a ses pneus d’hiver. En fait, non. Les deux ont leurs pneus d’hiver. Mais sur la deuxième, ils sont lisses. Genre tous doux quoi. Alors je ne sais pas si ça compte. Qu’est ce que t’en penses ? (D’ailleurs, au lieu de vous parler là maintenant, je devrais être en train d’en chercher. Des pneus… Mais chut, me balancez pas !) Chaque année, je me dis aussi que je devrais préparer le terrain. La maison, quoi. Qu’on devrait penser à ranger le trampoline avant que la neige ne lui tombe dessus. Qu’on devrait ranger les chaises de camping qui trainent dehors. Qu’il faudrait bâcher le canapé de la terrasse. Que je devrais installer mes tapis dans l’entrée et sortir mes pelles à neige et...

Maman-Pinterest, je t’admire par Bedaine Urbaine

Aujourd’hui, je m’ouvre à toi : je déteste me déguiser. Pourquoi ? Parce que peu importe le personnage choisi, le temps investi ou le budget dépensé, y’en a toujours une qui clairement rock son costume plus que moi. Donc, tu peux comprendre que le 31 octobre pour moi est un synonyme de stress bien plus que de gros fun. Ceci dit, en tant que maman, je n’accepterai jamais de brimer les joies et désirs de mon fils au détriment de mes préférences. C’est pourquoi, année après année, je prends le temps de choisir le costume de mon garçon et qu’il me fait tellement plaisir de lui faire plaisir. Jacob-Olivier, 1 an et demi. J’ai vraiment cru qu’il n’aimerait pas se déguiser Bon, cette année, mon grand garçon de 7 ans qui-perd-sa-palette-et-qui-ne-croit-plus-au-Père-Noël avait choisi de personnaliser Darth Maul, personnage sûrement pas très sympathique (juste à lui voir la face) de la très mythique série Star Wars. Je tiens à préciser que, mis à part payer ledit costume, je n’y suis pour rien. Je m’ennuie beaucoup de l’adorable petit dragon ou encore Curious Jake. Curious Jake, 2 ans et demi Jake Maul, 7 ans et demi Et puis quand j’ai vu toutes les photos sur les réseaux sociaux, ça m’a sauté dans la face. Je n’y étais vraiment pour rien. Costume fait maison, idée de personnage tellement originale, thématique familiale… et mon Jake avec son costume avec un masque de plastique frette acheté sur les Internets. Sérieux, je fais dur! T’sais que j’ai même pas fait notre citrouille ? Ben non, c’est notre Tom qui a pris en charge la décoration...

Écouter et comprendre pour mieux réagir par Annie Rousseau

Ce que je vais vous partager aujourd’hui n’a rien d’extraordinaire…un événement bien ordinaire, dans la vie d’une maman bien ordinaire! Mais caline que des fois, on patine sur un océan d’incertitude dans notre rôle de parent, non? Ma soirée s’annonçait belle! Un souper en famille festif pour les 5 ans du petit dernier, des enfants qui se couchent tôt, un chum au gym, le trio divan-thé-doudou…tsé, le bonheur!  Le souper était même prêt à mon arrivée du travail! #mariparfait On s’installe à table, et à peine 10 secondes après le début du repas, ça pète! Ma fille bougonne, elle chiale, ne veut pas manger, voit de l’injustice partout…c’est la fin du monde! Elle éclate finalement en sanglots car sa grafigne sur son coude chauffe! Hey! Wo! On respire tout le monde! Qu’est-ce qui se passe? Elle est où ma belle soirée en famille parfaite? Premier réflexe de mère : pogner les nerfs parce qu’elle refuse de manger.  On dirait bien qu’elle se cherche des raisons là! Ça suffit! Arrête de faire le bébé, tu as presque-8-ans, maaaaaange! Mais non…je vois bien que ce n’est pas le riz dans son assiette ou la grafigne sur son coude le problème.  Ses sanglots cachent autre chose, c’est clair.  Et effectivement, elle finit par le dire, à force de se faire questionner : elle est tombée devant TOUTE l’école en bottant un ballon.  TOUT LE MONDE a ri d’elle pendant TOUTE la journée.  Parce qu’évidemment, elle n’en a pas parlé à personne.  Bref…pire journée de sa vie de fille de presque-8-ans. Premier réflexe de mère : vouloir aller faire des jambettes aux p’tits-pas-fins qui ont osé...

Pourquoi je préférais ne pas avoir de filles par Ariane Gagnon

Tu sais, comme plusieurs autres (trop nombreuses) femmes, je fais aussi partie du mouvement #metoo (#moiaussi). Bin oui, je t’annonce ça, BANG, comme ça, d’entrée de jeu (mon petit côté drama, I guess). Je t’avertis, mon texte est un peu maladroit. Mais bon, c’est aussi la première fois (et la dernière) que je fais référence à ces événements, et j’hésite encore, en ce moment-même, à publier ce texte. J’ai toujours dit, sans gêne, que lorsque j’aurai des enfants, je ne veux que des garçons. On m’a souvent dit que c’était “épouvantable de dire ça !” Je te l’accorde. Mais c’est la principale raison. Je n’ai jamais vraiment donné de raison aux gens qui me demandaient pourquoi, parce que je n’étais pas vraiment à l’aise d’en parler. Mais #moiaussi. Et c’est simplement pour CETTE raison que je ne voulais pas de fille. Est-ce que ça fait de moi un monstre ? Est-ce que je suis une horrible personne de ne pas vouloir de fille parce que je ne serai pas capable de toujours la protéger ? Parce que je ne serai pas capable de vivre avec la douleur que ma fille ait eu à vivre les mêmes atrocités ? Qu’elle ait encore plus de mal à être bien dans sa peau ? Peut-être, au fond, que je n’ai rien compris. On découvre toutes sortes de peurs lorsqu’on devient parent. Mais je ne me sens pas émotionnellement et mentalement prête à gérer celles-là. Et je ne sais pas si un jour je le serai. Je sais que c’est sans doute merveilleux d’avoir une petite fille. Je me surprends parfois, quand je...

L’épreuve du passage au grand lit par Bedaine Urbaine

Que ce soit pour préparer l’arrivée du deuxième ou tout simplement parce qu’il est temps, le passage au grand lit (ou lit de grand!) est une étape importante dans les habitudes de sommeil de ton enfant. Souvent, tu étires au maximum cette échéance parce qu’enfin tu dors et tu ne veux surtout pas bousiller la routine déjà en place. Mais il faut te rendre à l’évidence, il faudra le faire un jour. Alors GO! Bedaine Urbaine te donne son best of des trucs pour faciliter la transition au grand lit. L’âge idéal : il n’y a pas d’âge minimum pour transférer un enfant de son berceau à un matelas sans barreau. Tel que prôné par l’éducation Montessori, l’enfant peut, dès ses premières nuits dormir sur un matelas posé sur le sol. Ceci dit, si l’enfant dort dans un lit surélevé, il faut attendre qu’il soit capable d’en monter et d’en descendre seul, sans danger. Parce qu’on va se le dire, un enfant qui se pète la marboulette en descendant de son lit a moins de chance d’aimer son lit… Sécurité avant tout : les chances que tu te réveilles si ton enfant sort de sa chambre/son lit sont assez élevées. Pour une TopTop Mom, il est naturel et instinctif de garder une oreille attentive aux enfants, même en pleine nuit. Par contre, si ce soir-là maman est sortie et que papa est seul à la maison avec l’héritier, il se peut que lui ne l’entende pas se lever. Alors, ne prends pas de chance, sécurise les escaliers, les portes d’armoires, les prises de courant… Toujours prudents, jamais mal pris! Patience et...

Pourquoi l’entraînement au dodo de Bedaine Urbaine fonctionne-t-il ? par Bedaine Urbaine

On le dit souvent dans nos ateliers : toutes les méthodes d’entraînement au dodo sont bonnes, il vous suffit d’être convaincus pour être convaincants. Le plus gros enjeu avec les méthodes d’entraînement au dodo est sans aucun doute le manque d’information et de support pour la mise en application. Vous avez lu vous aussi les témoignages de TopTop Parents qui dorment enfin et qui voient leur vie s’améliorer grâce aux conseils de Bedaine Urbaine ? Comment font-ils ? Serais-je capable moi aussi ? Mon bébé est-il trop jeune ? J’ai déjà tout lu sur le sujet, je n’ai pas besoin de conseils. J’ai voulu être parent et être épuisé fait partie du deal… #bullshit Voici pour vous, en 3 points, ce qui fait la différence entre Bedaine Urbaine et les autres méthodes les plus populaires. Que ce soit en atelier de groupe ou en consultation privée, nous pouvons vous aider. 1-    Zéro théorie : nul besoin d’apprendre la théorie du cycle du sommeil pour savoir qu’un enfant se réveille à la fin du cycle (appelés micro-réveils) et que ce qui cause les réveils nocturnes est la transition entre ceux-ci. Pas besoin de comprendre les principes fondamentaux de l’allaitement pour savoir que si un enfant a faim, il ne pourra pas se rendormir. Tout comme un enfant qui ressent de l’insécurité ne pourra s’endormir sans aide. Si vous voulez de la théorie, mieux vaut lire des livres. T’sais des livres, les 100aines de livres écrits sur le sujet, mais qui ne font toujours pas dormir votre enfant ? Ouep, on parle de ces livres là ! Leurs approches ont toutes...

HELP! Je ne comprends pas mon enfant par Bedaine Urbaine

Votre enfant a sa propre personnalité. Oui, la génétique peut y être pour quelque chose, mais il est possible aussi que votre enfant ne ressemble ni à maman, ni à papa. Il est possible que vous ne sachiez pas non plus comment intervenir puisque vous ne le comprenez pas et ne savez pas comment combler ses besoins qui peuvent être autres que ceux d’être nourri ou réconforté. Rien à voir avec vos aptitudes parentales. C’est seulement que vous ne parlez pas le même langage : votre enfant a chaud, mais vous vous obstinez à le bercer pour l’endormir kind of situation. Apprendre à mieux cerner le tempérament de votre enfant peut grandement améliorer l’efficacité de vos interventions. Saviez-vous qu’il est possible de cibler le tempérament de 65% des enfants à l’intérieur de 3 grandes catégories ? Pour les 35% restants, ils sont souvent un heureux mélange des 3 catégories. L’enfant flexible ou facile (40% des enfants) : celui dont tout le monde rêve, que l’ont voit dans les films et les magazines. Il a des habitudes alimentaires et de sommeil stables. Il a un tempérament calme et il s’adapte facilement aux changements. Les TopTop Parents de ces enfants doivent être plus attentifs aux besoins de leur enfant, car ce dernier ne demande quasiment rien. L’enfant difficile, actif ou fougueux (10% des enfants) : souvent dans la lune, ils ont des habitudes alimentaires et de sommeil plutôt irrégulières. Ils sont facilement dérangés par le bruit qui provoque des réactions intenses et vives. Ils sont sensibles aux changements. Les TopTop Parents doivent donc prévenir et utiliser différentes méthodes pour adoucir les transitions. L’enfant prudent...

Les 5 S du Docteur Harvey Karp par Bedaine Urbaine

Ton enfant pleure. Tu ne sais plus quoi faire. Tu es à bout de nerfs. Ta prochaine étape est sûrement de le mettre en vente sur Etsy. Mais soyons honnête, qui achèterait un bébé qui pleure hihihi!    Pour te venir en aide, voici les 5 S du Docteur Karp qui font des miracles quand vient le temps de réconforter ton bébé. Ces méthodes sont efficaces pour les bébés âgés de moins de 4 mois. Par la suite, leurs effets est moins instantané et remarquable. Les résultats ne sont pas à 100% garanti, mais qu’as-tu à perdre de l’essayer ? Comme tous les trucs et méthodes, elles ne peuvent pas fonctionner pour tous les bébés de la planète, mais vous donne quelques idées à explorer.   Prenez note que pour des résultats optimaux, les 5 S doivent être pratiqués dans l’ordre : emmaillotement, coucher sur le côté, avec un bruit de «shhh», bercer de haut en bas ou dans un chaise berçante et assouvir le besoin de succion.   S pour Swaddle : l’emmaillottement peut faire des miracles pour les nouveau-nés. Comme le premier trimestre de votre poupon est un peu comme le quatrième trimestre de votre grossesse, l’idée est de recréer le plus possible l’environnement intra-utérin pendant cette période. Si vous utilisez l’emmaillotement pour votre bébé, assurez-vous qu’il n’est pas trop chaud, que la couverture utilisée ne puisse pas couvrir sa tête pour éviter les risques de suffocation et que vous n’emmaillotez pas votre bébé trop serré afin d’éviter les problèmes de hanches et d’infection respiratoire dûe à une trop grande pression sur les poumons. L’emmaillotage est recommandé jusqu’à l’âge d’environ 2 mois soit avant qu’il puisse se retourner par lui-même.   S...