Sortir avec des enfants : Mission possible par Annie Rousseau

Il m’arrive trop souvent que des parents me confient éviter de sortir en famille, car ils ont peur de la façon dont leurs enfants pourraient se comporter. Ton enfant doit s’adapter à ton style de vie, mais reste qu’il a quand même ses préférences et ses états d’âme. Le meilleur compromis est celui où tout le monde gagne, non ? Voici donc 3 trucs pour des activités familiales réussies! Ah pis on se fout des « p’tites madames et p’tits monsieurs » qui endurent pas les enfants des autres ok? #lesgens Bien sûr, tout commence par le choix judicieux de ladite activité. Est-elle adaptée à l’âge et aux intérêts de tes enfants? Tsé, la dernière expo de Monet au Musée des Beaux-Arts te semble peut-être ben attrayante à toi ma bachelière en arts, mais j’ai comme un doute sur l’intérêt que cela peut représenter pour tes jumeaux de deuzanetdmi. Le musée offre un atelier de costumes ou de manipulation scientifique? Là tu jases! Cela sera l’occasion parfaite d’initier tes trésors à une sortie au musée.  Reporte ta date avec Monet et va jouer avec des aimants et tes deux tornades! Petit truc #1 : vérifie la programmation offerte dans les différents musées et centres du genre! Souvent, à l’approche des Fêtes ou de la Relâche, ils offrent des expositions familiales géniales qui sont adaptées aux jeunes enfants! Petit truc #2 : si tu dois traîner ton enfant de force et qu’il doit se faire tordre un bras pour vous accompagner, ne t’attends pas à avoir sa collaboration rendu sur place! On se comprend? Choisis autre chose TopTop Mom! Dis-moi, maman…à quoi...

C’est la St-Valentin ! #spreadlove par Bedaine Urbaine

Joyeuse St-Valentin à toi TopTop Mom! Toi qui mérites qu’on te couvre de fleurs, de câlins, de bisous mouillés et de bricolages affreusement beaux. Toi, qui mérites ce traitement royal chaque jour de l’année, mais qui, en cette journée froide d’hiver, mérites un petit plus. Une délicate attention, des mots doux, un repas destiné à combler tes propres goûts et non ceux des enfants #pucapabledukraftdinner. À toi, TopTop Mom extraordinairement douce, belle, forte, aimante et généreuse, je te souhaite une St-Valentin à ton image, pas celle sur Pinterest ou sur Instagram, mais celle qui te réchauffera le cœur et celle qui te rappellera à quel point la vie est belle lorsqu’on sait s’entourer de gens qui nous comprennent et nous aiment en retour. Joyeuse St-Valentin à toi aussi TopTop Dad! Toujours prêt pour une nouvelle aventure, de nouveaux défis ou une nouvelle construction, qu’elle soit faite de blocs de glace ou de blocs Lego. Toi, qui mérites que l’on souligne tous les efforts que tu accomplis au quotidien. Toi, qui travailles fort pour maintenir le fort, qui nous protèges avec tes gros muscles et qui ramènes TopTop Mom sur Terre quand elle s’emballe. Toi, qui as toujours un bon conseil, un bon mot pour nous réconforter quand rien ne va plus #manquedesommeil. Toi, qui jour après jour aimes la mère de tes enfants sans compromis. Merci d’être toi, aussi imparfait sois-tu. On t’aime parce que tu es original, sans flafla et authentique. Joyeuse St-Valentin à toi TopTop Kiddo! Toi, tu es juste exceptionnel et tu ne connais même pas ta valeur. Tu combles de bonheur tes parents, tes grand-parents,...

Que rien ne bouge! Mon enfant apprend à dormir par Bedaine Urbaine

Je sais que quand tu commences quelque chose d’aussi difficile et prenant qu’un entraînement au dodo ou même un programme d’entraînement physique, tu feel comme rester chez vous tout le temps pour te dédier uniquement à ça et éviter toute distraction. On va se le dire, c’est tellement plus facile d’éviter les situations compliquées plutôt que de les apprivoiser… Et pourtant, c’est la deuxième option qui nous rend plus fort et qui amène des résultats concrets et permanents. Tu ne veux plus sortir prendre un café parce que c’est l’heure de la sieste et tu travailles si fort pour qu’il dorme enfin dans son lit. Un week-end au chalet ? Oublie ça, elle commence à peine à faire ses nuits. Pour moi et mon challenge de 80 jours c’est : Manger au restaurant ? Es-tu fou, moi qui mange des ½ tasses de riz brun toute la semaine dans l’espoir d’un jour aimer mon corps… Non, je n’ai plus de bébé. Oui, j’ai oublié c’est quoi manquer de sommeil, mais je n’ai jamais oublié l’effet d’épuisement, le manque de patience et même le manque d’amour pour son enfant parce que tes besoins primaires à toi ne sont même plus comblés. Je sais que l’entraînement au dodo est tough. Si tu pensais être fatiguée, ben FLASH NEWS, ça va être encore pire… Et c’est pour ça que tu rêves que le monde arrête de tourner, que les amies cessent d’appeler et que la belle-mère reste chez elle ce week-end parce que FUCK PERSONNE COMPREND QUE TU APPRENDS À TON BÉBÉ À MIEUX DORMIR!? Faut pas. Il faut apprendre à danser sous...

Trouve ton pourquoi, on te donne le comment par Bedaine Urbaine

Comme l’entraînement physique, le plus difficile avec l’entraînement au dodo est de trouver l’énergie et la motivation de débuter. Tant de méthodes qui se contredisent, des entraînements drastiques et difficiles d’application, des conseils qui fusent de partout… Je le sais que tu es fatiguée, que tu achètes la paix pour récupérer comme tu le peux, que tu fais de ton mieux avec l’énergie que tu as. Si tu en es à te demander pourquoi l’entraînement au dodo fonctionne pour eux, mais jamais pour toi, voici quelques principes de bases que tu dois connaître avant de te lancer… 1- Ils n’avaient plus d’autres options : Dormir ou la mort. Souvent la motivation vient avec l’état d’urgence, malheureusement. Je dis malheureusement parce que l’entraînement au dodo est quelque chose d’extrêmement exigeant. Si tu penses que tu es fatiguée, attend de commencer l’entraînement. La modification d’habitudes n’est pas facile pour personne, mais demande aux TopTop Parents qui ont persévéré à quel point c’est la meilleure chose qu’ils ont pu s’offrir! 2- À deux, ça va mieux : Votre conjoint doit être d’accord et prêt mentalement lui aussi. Je dis conjoint, mais conjointe aussi. Il est beaucoup plus facile de commencer l’entraînement au dodo quand les deux sont d’accord et travaillent dans le même sens. 3- Arrête d’en parler à tout le monde : «Quelqu’un qui parle de son problème à plus de 3 personnes ne cherche pas une solution, mais bien de l’attention». Garde ça pour toi! Ce que tu fais avec tes enfants, autant sur leur éducation que sur leurs habitudes de sommeil, devrait rester chez vous. Lave-ton linge sale en famille, comme ils...

Bedaine Urbaine en mission sommeil pour toi!

Que vous connaissiez Bedaine Urbaine depuis une semaine, un mois ou un an, il est important pour nous de vous rappeler qui nous sommes réellement, de vous faire connaître nos motivations et nos valeurs : Pourquoi existons-nous ? Pourquoi ça fonctionne ? Pourquoi sommes-nous différents du «5-10-15» ? Nous connaître davantage vous permettra de mieux cerner comment nous pouvons vous guider, vous informer et vous épauler à devenir votre meilleure version «TopTop Parent» afin d’offrir à vos enfants le meilleur de vous-même. Pourquoi existons-nous ? Vous savez peut-être déjà que j’ai l’immense privilège d’être l’heureuse et comblée maman d’un garçon extraordinaire qui se prénomme Jacob-Olivier et qui a aujourd’hui 7 ans et demi #dontforgetthedemi. Si vous avez déjà suivi l’atelier sur le sommeil du poupon, vous connaissez déjà son histoire, mais laissez-moi quand même vous résumer notre péripétie dodo. Mon Jake est né au Mexique. Plus précisement à Veracruz, ville portuaire magnifique dans le Golf du Mexique. J’ai reçu beaucoup d’aide lors de sa naissance et damn, j’ai apprécié chaque seconde. Son père travaillait, et travaille encore, beaucoup, voire trop. Donc une fois toute l’aide partie, je me suis retrouvée seule avec mon beau garçon et j’ai trouvé ça ben tough. C’est à 3 mois, que mon aventure avec l’entraînement au dodo a commencé.  Précisément le soir où j’ai endormi complètement mon garçon une 50aine de fois dans mes bras sans être capable de le déposer dans son lit. Ce soir là, l’idée de le secouer «juste un petit peu» m’a traversé l’esprit. Heureusement, son père est arrivé plus tôt qu’à l’habitude et a pu prendre le relais. Le lendemain,...

Merci. par Florence Pinon

Donc Marie-Pier m’a donné la lourde responsabilité d’écrire le blogue du mercredi aujourd’hui! J’avoue que j’y ai beaucoup réfléchi… Habituellement, j’écris sur mon blogue à moi, et pas sur les mêmes sujets. Mon truc à moi, c’est de parler du Québec aux français. Oui, parce que je suis française, immigrée dans votre beau pays depuis un peu plus de 2 ans maintenant et j’aime parler de toutes ces différences culturelles (et météorologiques) à mes compatriotes restés sur le vieux continent. Et finalement, je me suis dit qu’aujourd’hui, ben je vous parlerai à vous, québécois, de la France. Parce que quand nous sommes arrivés ici, moi, mon homme, mon loulou de 4 ans (à l’époque) et ma poulette de 6 mois (à l’époque aussi), il y a une chose qui m’a sauté au visage. Une chose qui est tellement naturelle ici mais qui n’existe pas en France. Ou peut-être qu’elle a existé, mais moi, je ne l’ai pas connue, je m’en serais souvenue. Je veux parler de la bienveillance. Bon, j’exagère hein, tous les français ne sont pas sans cœurs, mais vous, les québécois, vous avez fait de ce trait de caractère, une manière de vivre absolument extraordinaire qui me fait me dire aujourd’hui que je ne peux plus retourner d’où je viens. Je m’explique. En France, quand je vais faire mes courses, c’est dans une grande surface. Un peu comme un Wal-Mart mais en beaucoup (beaucoup) plus grand. Et quand j’arrive à la caisse c’est un “bonjour” marmonné rapidement au caissier sans même lui jeter un coup d’œil et il me le rend bien. Il scanne mes articles, marmonne...

Mes engagements 2018. Par moi. Pour moi

Les vacances d’hiver ont été délicieuses : mon fils a vu son papa, mon homme et moi on s’est collés comme s’il n’y avait pas de lendemain et nous avons profité pleinement de ce que nous avons de plus précieux : notre famille. Mon seul regret est de ne pas avoir pu prendre mon nouveau neveu Jules dans mes bras, mais c’est pas de sa faute s’il est breton hihihi! Et maintenant, nous sommes en 2018. J’ai cligné des yeux ben trop longtemps et 2017 s’est envolée laissant des fous rires, des larmes, de nouvelles amitiés et des amitiés perdues, de nouveaux défis, des nouveaux partenaires, des clients adorables et des enfants qui dorment toute la nuit. 2017 sera aussi l’année où j’ai décidé de me lancer dans l’entreprenariat. Et jusqu’à maintenant, mis à part mon Jake, c’est à ce jour, ma plus belle réalisation. J’aurais pu prendre des résolutions comme la majorité des gens en ce début d’un nouveau chapitre de 365 jours, mais j’ai préféré prendre des engagements. Des engagements réalistes qui me permettront de me réaliser et de devenir une meilleure version de moi-même. Je trouve que le mot résolution est quelque chose de trop éphémère et qui tombe trop souvent aux oubliettes aux alentours de la Saint-Valentin. Je ne suis pas une Super Woman, mais j’ai le goût de croire que si j’informe plusieurs personnes de leurs existences, ma motivation à les respecter sera encore plus forte. Alors voici mes engagements pour 2018 : La résilience : phénomène consistant à pouvoir revenir d’un état de stress post-traumatique. Qualité qui n’a clairement pas été programmée pour moi. J’ai beaucoup de...

L’Haptonomie, science de l’affectivité par Justine Collard

Dans le ventre de sa mère, l’enfant est comme le renard qui demande au Petit Prince : «S’il te plaît, apprivoise-moi» «Que signifie »approvoiser» ?» «C’est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie créer des liens, rendre l’autre unique» Le Petit Prince – St-Exupéry Le terme Haptonomie a été créé à partir de deux racines grecques : haptein : toucher, en particulier au niveau affectif – créer une relation et un lien ; nomos : la règle, la loi, la norme. Elle est donc au sens littéral « la science de l’affectivité » et au sens plus figuré un processus codé pour entrer en contact tactile et affectif en vue de s’unir, guérir, rendre entier ou encore confirmer l’Être dans sa présence et sa globalité.. À qui s’adresse cet accompagnement à la naissance ? Aux futurs parents qui souhaitent un accompagnement plus large et plus global que celui limité à la préparation à l’accouchement proprement dit. Ce qui compte n’est pas d’avoir un accouchement idéal, mais COMMENT on le vit. Le père prend toute sa place grâce à cette approche et il pourra vivre concrètement la période de la grossesse. Il va faire des Miracles ! En quoi consiste cet accompagnement à la naissance ? L’haptonomie, n’est pas une technique mais une approche humaine. Le père et la mère préparent ensemble un nid douillet et spacieux pour le bébé. Cet accompagnement prend en compte le bien-être corporel de la mère pendant la grossesse et l’accouchement. Quand maman va bien, bébé va bien ! Le père va ainsi découvrir comment aider la mère à préparer la naissance, à...

Comment survivre au temps des Fêtes par Annie Rousseau

On voit ça arriver… les soupers de famille à ne plus finir, les surdoses de sucre, les enfants qui virent la maison à l’envers alors que tu viens juste de finir de ramasser les restants de la veille… Ahhh ! Le temps des Fêtes ! Cette belle période de l’année où, si tu as la chance d’avoir quelques jours de congé, tu voudrais seulement t’écraser t’installer confortablement en pyjama doux et pantoufles poilues dans ton divan, entourée de couvertures à carreaux et de coussins, près d’un feu de foyer (au pire il y a le poste « spécial feu de foyer » sur la télévision !), avec un bon thé chaud et un roman léger… tsé, le rêve.  Tut tut, c’est pas ça la vie ma belle ! Mais rassure-toi, tu pourras amplement vivre ce rêve lors de tes jours de retraite, quand ta progéniture aura quitté le nid ! En attendant, tu peux suivre ces quelques conseils pour survivre au rythme effréné du temps des Fêtes. 1. Un horaire léger, tu conserveras L’an dernier, j’ai eu l’idée de demander à ma fille ce qu’elle aimerait faire de nos jours de congé familiaux.  Et c’est là que j’ai eu la surprise de ma vie : «  Maman, tu sais ce qui me ferait beaucoup plaisir ? Juste passer du temps ensemble, rien que nous quatre en pyjama, à jouer à des jeux de société et à écouter des films de Noël. Ok maman ? »  Ma fille, tu veux dire que mes plans de sorties à n’en plus finir, mon budget que j’essaie d’étirer et mon ambition de me transformer en G.O. du Club Med,...

Noël, entre mensonge et magie par Florence Pinon

Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! J-15 avant le réveillon de Noël ! J’adore Noël ! Ca peut paraître paradoxal pour les personnes qui me connaissent bien… Je déteste toutes les fêtes avec obligation d’achat. La St Valentin ? Oublie. La fête des mères ? Des pères ? Nope. La seule qui me plait c’est Pâques. On n’a jamais trop de chocolat à la maison ! Et par extension, j’adore l’halloween hahaha. Je dis aux gens que j’aime que je les aime quand j’en ai envie et si j’ai envie de leur faire des cadeaux, je n’attends pas la date que me dicte La Grande Industrie De La Consommation pour le faire, pardon Madame. Mais Noël… Là je capitule platement. A Noël, je deviens dingue ! J’ai tellement de beaux souvenirs de cette fête… Mais depuis que je suis devenue maman, Houuuuu c’est compliqué ! Question #1 : Doit-on parler du Père Noël à nos enfants ? C’est une question qui m’a travaillée fort quand le coco a eu l’âge de comprendre… J’y ai cru, moi, au Père Noël. Je ne m’en souviens pas plus que ça, mais je sais que j’y ai cru. En fait, je me souviens davantage de quand j’ai su que c’était pas vrai. Je revois encore le Père Noël, venu chez nous nous apporter tous nos cadeaux… Et il y en avait TELLEMENT ! Dans ma tête d’enfant c’est un feu d’artifice… Apparemment ça devait se voir sur nos têtes à mes frères et à moi parce que le Père Noël a pouffé de rire comme ma mère. Bon, ceux qui ont déjà entendu la voix de ma...