Les enfants ont une façon bien à eux de voir le monde, de s’émerveiller avec le banal et les petites choses de la vie. Ce sont de petites pages blanches qui découvrent tout pour la première fois et qui ont tout à apprendre !

C’est beau de voir un enfant regarder la splendeur des couleurs d’un coucher de soleil ou des paysages d’automne. Vous êtes-vous déjà arrêté à toutes ces petites choses qui font que la vie est belle ? À regarder la beauté de notre belle planète dans tous ses aspects, nature et humain, comme le font si simplement les enfants ? Parce qu’il y a de belles choses dans l’humanité qui me font m’émerveiller et c’est mon fils qui m’en apprend le plus sur la grande valeur de la vie et des relations humaines ! Et vous savez, lorsqu’on s’y arrête de temps en temps et qu’on savoure la magnificence du monde qui nous entoure, c’est comme si on reconnectait avec quelque chose de bien profond en nous. J’ai toujours aimé la nature et aimé m’émerveiller devant la grandeur et la beauté des montagnes ou devant la lueur d’un rayon qui traverse les feuilles ou un nuage, mais mon fils me rappelle qu’il faut que je le fasse plus souvent, il me rappelle que la vie est belle, qu’il faut en profiter !

Depuis que je suis maman, je refuse de croire que les enfants sont de fins manipulateurs qui font les choses pour nous faire du mal ou pour nous provoquer, car ce n’est pas ce que j’observe chez mon fils et je ne crois pas que ce soit bien différent avec vos enfants également. Les nouvelles études en neurosciences nous permettent de mieux comprendre le comportement des enfants à travers le développement de leur cerveau et nous aident, en tant que parent, à mieux réagir. Elles nous montrent également que l’empathie est innée et qu’elle se développe à travers l’environnement de l’enfant. Plus nous sommes empathiques et bienveillants envers nos enfants, plus on les aide à développer ce qu’ils ont déjà au fond d’eux. Et pour moi, cela a tout pris son sens lorsque mon bébé de 12 mois et quelques semaines est venu me faire un câlin et m’a dit : « t’aime fow fow maman » alors qu’il m’observait pleurer. L’empathie d’un enfant, il n’y a rien de plus pur et beau à voir, ça me fait fondre le cœur, c’est à ce moment que j’aperçois le plus beau de ce que l’humain a à apporter dans ce monde : la bienveillance !

Lorsqu’on regarde les synonymes du mot bienveillance, on y retrouve les mots : tolérance, sympathie, empathie, ouverture d’esprit, compréhension, douceur et humanité.  Je ne vois pas meilleure définition que ces mots-là ! Car, pour moi, c’est la définition même de l’humain avec un grand H, ce vers quoi nous devrions tous tendre.

Ce que mon fils m’apprend également, c’est l’ouverture d’esprit ! Comme je disais, les enfants sont des pages blanches et tout est à leur apprendre, et les préjugés ne sont pas innés. Heureusement, ils ont un cœur pur rempli d’un désir d’apprendre à connaître l’autre, à comprendre pourquoi il est différent, mais surtout à accepter cette différence ! Et ils le font avec tant de simplicité ! Parfois, je crois qu’il faut apprendre d’eux et les encourager à être de meilleurs humains, à être bienveillants envers les autres, à se respecter, à s’aimer et s’accepter comme ils sont avec leurs forces et leurs difficultés, parce qu’entre vous et moi, ils sont magnifiques de la façon dont ils sont ! Et je crois sincèrement que si nous réussissons à leur montrer l’exemple en étant empathique et bienveillant dans nos interactions avec eux, en les aidant à s’accepter et s’aimer tel qu’ils sont, je crois qu’ils pourront eux aussi, à leur tour, faire une différence dans leur entourage. C’est la plus belle mission parentale et humanitaire que nous pouvons faire. Changer le monde à coup de bienveillance !