Les régressions du sommeil existent-elles vraiment ? Oh que oui! Un excellent livre (The Wonder Weeks, par Hetty van de Rijt) et une application du tonnerre (Les semaines miracles pour 3,99 $, maintenant disponible en français) t’aideront à les identifier, à mieux les comprendre et à adapter tes interventions-dodos en tenant compte du développement de ton enfant de façon encore plus poussée. C’est pas beautiful ça ? Livre qui est un peu lourd comme lecture de chevet…

Et comme je sais que ton temps est précieux et que de lire un livre en entier avec un bébé neuf est, pour le moment, aussi plausible que de faire une ride de licorne, je vais te parler des plus évidentes que tu pourrais croiser sur ton parcours de mom! Note bien que les âges sont des moyennes et, comme Bedaine Urbaine le dit toujours, pour faire des moyennes, ça prend du monde en bas et du monde en haut. Donc prends pas ça pour du cash, mais ça te donnera une bonne idée!*

3 mois : hello poussée de croissance! Ce n’est pas une régression due à un stade de développement, mais ça vient jouer sur tes nuits, c’est certain! Je sais que tu sais déjà, mais ce n’est VRAIMENT pas le bon moment pour faire un entraînement au dodo. Nourris ce bébé ogre et repose-toi au maximum entre chaque boire. Je sais que tu sais ça aussi, mais le fais-tu vraiment ? #jesaisquenon

4 mois : oh damn! La première (mais non la dernière!) VRAIE régression. À partir de maintenant, les régressions seront toutes un peu plus longues. Je m’excuse… Ton babe dort moins, il a des sautes d’humeur imprévisibles et il peut même parfois sembler indifférent. Il commence aussi à se tourner, donc il est sûrement pris sur le ventre pendant la nuit. Il a besoin de sa maman, de se sentir en sécurité. Il a besoin d’être amusé, il a besoin d’être plus supporté physiquement, d’être constamment le centre d’attraction, il veut ton entière attention. Il commence aussi à babiller. Si la patience est une vertue… Sois vertueuse!

DURÉE : jusqu’à 5 semaines #toughtruth

6 mois : c’est maintenant la mobilité et la coordination de ses membres qui lui demandent beaucoup de travail… Il commence peut-être à vouloir s’asseoir et ça demande beaucoup d’énergie. Plus de fatigue, moins de sommeil. Belle ironie, non ? Ton bébé perçoit maintenant la distance entre les objets. S’il est pris dans son berceau, que tu sois à côté de sa chambre ou en Chine, s’il ne peut pas se déplacer, c’est toujours trop loin. Tu dois donc attendre qu’il comprenne naturellement le concept et une fois acquis, il sera beaucoup plus facile pour lui de rester seul. C’est aussi le bon moment d’intégrer les objets de transition. Possibilité d’une poussée de croissance ici aussi. Bref, vivement les 7 mois!

8 mois : et maintenant, angoisse de la séparation! Imagine qu’à chaque fois que tu disparais de sa vue, il est convaincu que tu t’es volatilisée. Je panique juste d’y penser hihi! Il ne veut plus voir de personnes étrangères non plus. Même papa est peut-être mis de côté! Oh la galère… Le bain peut même être compliqué parce que c’est un milieu étranger. Imagine! C’est ton devoir TopTop Mom de t’assurer que tous ces changements se fassent dans la confiance. Les transitions doivent être plus smooth qu’à l’habitude. Parle-lui quand tu t’absentes quelques minutes, préviens-le lorsque tu pars, joue à cache-cache, coucou! Pour certains ce sera plus intense que d’autres, et c’est normal. Chaque bébé est unique!

10 mois : il était pris sur le ventre. Il était pris assis. Maintenant, il est pris DEBOUT! Tu n’as pas le choix de l’aider à se remettre en position horizontale, même s’il le fait déjà très bien pendant ses périodes d’éveil. Bébé aime aussi se sentir autonome et veut donc manger seul avec sa cuillère, par exemple #akaenmettrepartout. La routine devient plus importante pour lui permettre de faire des associations dans le temps. Ses skills de communication s’améliorent aussi : il pointe, babille de plus en plus… Prends le temps de répondre et de mettre des mots sur ses demandes.

12 mois : les premiers pas tant attendus! Eh oui, encore une fois bébé sera collé à toi style pot de colle. Il veut aussi tout contrôler. Il est plus chigneux, demande plus d’attention. Jouer à imiter est un must pendant cette période. Beaucoup de nouveaux concepts à comprendre et assimiler, et bien sûr, ça joue sur le sommeil!

18 mois : régression qui annonce que la transition au grand lit est maintenant nécessaire. Ou encore, une fois dans son grand lit, il ne veut plus dormir. Si tu veux de l’aide pour faciliter ce passage, l’atelier sur le sommeil du tout-petit serait vraiment une bonne source d’informations.

24 mois : connais-tu le fameux terrible-two ? Je préfère appeler cette phase âge des limites parce que lorsqu’on la comprend et qu’on réalise qu’elle est nécessaire, elle devient un peu moins terrible. Et oui, une crise d’adolescence dans un corps d’enfant, ça peut chambouler le sommeil. Encore une fois, chez certains c’est l’enfer, alors que pour d’autres, c’est moins intense, ça dépend de chaque enfant!

Et à travers toutes ces régressions, tu as aussi des changements physiques (poussées dentaires, réactions au vaccin, pied-main-bouche, bronchite, otite…) et des changements émotionnels (entrée à la garderie, retour au travail de maman, déménagement, départ de papa pour une semaine, début de l’entraînement au dodo…) qui viennent jouer avec les nuits de sommeil. Bedaine Urbaine recommande fortement de suspendre toute forme d’entraînement au dodo jusqu’à la disparition complète des symptômes pour les changements physiques. Pour les changements émotionnels, adapte-toi! Accompagne mieux/plus ton bébé, sans nécessairement arrêter complètement parce que, on va se le dire, la vie est un changement émotionnel en soi!

*Chaque enfant est unique. Ces chiffres représentent l’âge minimum où ces périodes peuvent survenir. Il est donc possible que les régressions débarquent chez vous un peu après ou pas du tout!

Crédit photo: Anne-Julie Mior Photographe