Les mystérieuses régressions du sommeil, par Bedaine Urbaine

Les régressions du sommeil existent-elles vraiment ? Oh que oui! Un excellent livre (The Wonder Weeks, par Hetty van de Rijt) et une application du tonnerre (Les semaines miracles pour 3,99 $, maintenant disponible en français) t’aideront à les identifier, à mieux les comprendre et à adapter tes interventions-dodos en tenant compte du développement de ton enfant de façon encore plus poussée. C’est pas beautiful ça ? Livre qui est un peu lourd comme lecture de chevet… Et comme je sais que ton temps est précieux et que de lire un livre en entier avec un bébé neuf est, pour le moment, aussi plausible que de faire une ride de licorne, je vais te parler des plus évidentes que tu pourrais croiser sur ton parcours de mom! Note bien que les âges sont des moyennes et, comme Bedaine Urbaine le dit toujours, pour faire des moyennes, ça prend du monde en bas et du monde en haut. Donc prends pas ça pour du cash, mais ça te donnera une bonne idée!* 3 mois : hello poussée de croissance! Ce n’est pas une régression due à un stade de développement, mais ça vient jouer sur tes nuits, c’est certain! Je sais que tu sais déjà, mais ce n’est VRAIMENT pas le bon moment pour faire un entraînement au dodo. Nourris ce bébé ogre et repose-toi au maximum entre chaque boire. Je sais que tu sais ça aussi, mais le fais-tu vraiment ? #jesaisquenon 4 mois : oh damn! La première (mais non la dernière!) VRAIE régression. À partir de maintenant, les régressions seront toutes un peu plus longues. Je m’excuse… Ton babe...

Mes 6 mythes-dodo pref’s par Bedaine Urbaine

Après 7 ans, quasiment 8, à parler de sommeil et animer des ateliers sur le sujet, j’ai entendu à peu près tout ce qui peut circuler comme légendes urbaines à propos de ce sujet subtil, important et bien (trop!) souvent négligé. Histoire de rire un peu ou d’ouvrir un chaud sujet de discussion avec ta belle-mère, je te partage mes 6 mythes prefs qui te permettront sûrement d’aider ton enfant à mieux dormir et à mieux l’accompagner dans ce nouvel apprentissage*. 1- «Étire-le, il va mieux dormir s’il est ben fatigué» : FAUX C’est probablement la pire chose que tu puisses faire. Apprendre à s’endormir seul dans un lit, c’est déjà assez compliqué de même (et non-obligatoire by the way)*. Imagine si, à chaque fois que tu essaies de lui montrer comment, il est déjà en phase de «je-suis-à-boutte»? J’aime bien faire des parallèles avec la vie adulte, alors imagine si ton patron attend toujours le vendredi 15 h pour t’expliquer un nouveau mandat. Ou encore, si ton homme t’explique les règles du football américain alors que tu penses juste à t’endormir sur la game… Pour apprendre quelque chose de nouveau, il faut être réceptif alors n’attend pas le point de non-retour, ça risque juste d’empirer la chose… Il vaut toujours mieux plus tôt que trop tard! 2- «Elle dort trop le jour, c’est pour ça qu’elle ne dort plus la nuit» : FAUX Le sommeil attire le sommeil! Plus un enfant dort, mieux il dort. Sauter des siestes est probablement la pire chose à faire avec un enfant qui en a encore besoin. Il n’y a pas de siestes trop...

Formule miraculeuse du sommeil en 10 étapes faciles, par Bedaine Urbaine

Après tout ce temps, j’ai trouvé LA recette magique. Celle qui fonctionne pour TOUS les bébés et TOUTES les mamans. Celle qui n’a pas de faille. Celle qui résiste à toutes les régressions, les changements physiques aka poussées dentaires, les changements émotionnels aka retour au travail et/ou intégration à la garderie. Je te l’offre, gratis, simple de même, sur un beau plateau d’argent… Si ça c’est pas beautiful, je ne sais plus ce qui l’est! Étape #1 : Comprendre ce que tu fais Si tu n’as aucune connaissance sur le sujet, abonne-toi au groupe de TopTop Moms Ensemble, ou encore, écoute un des nombreux LIVE de la page professionnelle. Étape #2 : Fixer des objectifs réalisables Ton bébé a moins de 3 mois : profites-en, mets-toi en mode survie, demande de l’aide et fais du co-dodo.  Ton bébé est âgé de 3 à 6 mois : tu peux débuter tranquillement, mais attends-toi pas à grand-chose de VRAIMENT WOW, genre une nuit de 12 heures! Ton bébé est âgé de 6 mois et plus : alors là, c’est l’idéal! Étape #3 : Connais-toi toi-même Tu te connais TopTop Mom! Ne fais pas comme tout le monde parce que tout le monde le fait. Respecte-toi, ton rythme et ton style de parenting. Ne saute pas d’étape. Si tu ne sais pas par où commencer, respire, informe-toi, respire encore et va chercher l’aide nécessaire… Il n’y a pas que Bedaine Urbaine dans la vie tsé! Étape #4 : Cesse de te comparer Je le sais… Le bébé de ton amie Julie dort comme un ange pis le tien, non! Comble de malheur, le tien est plus vieux que celui...

L’ABCD du co-dodo par Bedaine Urbaine

Oh que je viens d’en choquer plusieurs qui dénoncent cette pratique ou de dérouter celles qui voient Bedaine Urbaine comme une méchante personne “parce qu’elle ne respecte pas le rythme de l’enfant et qu’elle les laisse pleurer”. Un cas comme dans l’autre, sache TopTop Mom, que ce que tu fais pour ton enfant est parfait si ça répond à tes convictions et tes valeurs. Je ne cherche pas à choquer ou partir des débats (j’haïs tellement ça #onelove), juste à t’aider à le faire intelligemment, si tu le souhaites. Tu pourrais aussi être celle qui sauverait la vie de ta meilleure amie en lui disant que le co-dodo existe… Parce que, c’est ça être une TopTop Mom : empathie & team work! A- Pratiquer le co-dodo par choix et non par obligation Tu n’es pas obligée de faire du co-dodo. Santé Canada recommande de faire dormir l’enfant dans son lit dans ta chambre pour les six premiers mois de vie. Si, à chaque respiration de ton babe, ça te réveille, tu n’es peut-être pas fait pour le co-dodo. Et si ça ne te parle vraiment pas, tu n’es pas obligée non plus. Mais sache que le fait de ne pas en faire par peur d’être pognée avec ton enfant dans ton lit à vie, ne devrait pas être une barrière, car il est TOUJOURS temps de modifier une habitude. J’en fais parfois avec mon garçon de 8 ans et pour moi, c’est sain, rempli d’amour et si agréable. Mais il est aussi capable de s’endormir seul les soirs où je dois avancer mes trucs Bedaine Urbaine. Tu vois la différence avec...

Jamais sans mon iPhone, par Bedaine Urbaine

Du 6 au 8 février, ce sont les Journées mondiales sans téléphone portable. J’aimerais vraiment pouvoir te dire que je ne l’utiliserai pas, mais je ne suis pas une menteuse. Hihihi! Comment veux-tu que je me réveille ce matin ? Comment veux-tu que je me rappelle mes rendez-vous ? Comment veux-tu que je me rende à Rosemère sans mon GPS ? Et oui, je suis rendue dépendante de ce petit objet indispensable, mais ratoureux. Il me permet de prendre des photos de chaque petit moment précieux, mais aussi de travailler où bon me semble… Donc, je pense qu’encore une fois, c’est pas noir ou blanc, tout est dans l’équilibre. J’ai par contre, depuis déjà quelques mois, modifié mes habitudes d’utilisation de mon appareil suite à ce que mon garçon m’a dit : «Maman, tu aimes plus ton cellulaire que moi!». Ça fait mal. Ben mal. Je sais qu’au fond de lui, il voulait seulement me dire de l’écouter attentivement, et je n’ai pas voulu prendre ça à la légère. Mon garçon étant beaucoup plus important à mes yeux que mon iPhone tsé… #believeitornot Premièrement, j’ai coupé la sonnerie et les notifications. Plutôt que de devenir esclave de «ding», j’ai décidé de bloquer des plages horaires dans mes journées où je réponds à mes messages et retourne mes appels. J’utilise maintenant mon téléphone à mon avantage c’est-à-dire quand j’ai le temps et quand j’en ai besoin. Il n’y a plus de petits ronds rouges qui me rappellent que 26 mamans attendent de mes nouvelles. Soyez sans crainte, je retourne toujours mes messages dans un délai plus que raisonnable, mais à l’extérieur...