Mes 6 mythes-dodo pref’s par Bedaine Urbaine

Après 7 ans, quasiment 8, à parler de sommeil et animer des ateliers sur le sujet, j’ai entendu à peu près tout ce qui peut circuler comme légendes urbaines à propos de ce sujet subtil, important et bien (trop!) souvent négligé. Histoire de rire un peu ou d’ouvrir un chaud sujet de discussion avec ta belle-mère, je te partage mes 6 mythes prefs qui te permettront sûrement d’aider ton enfant à mieux dormir et à mieux l’accompagner dans ce nouvel apprentissage*. 1- «Étire-le, il va mieux dormir s’il est ben fatigué» : FAUX C’est probablement la pire chose que tu puisses faire. Apprendre à s’endormir seul dans un lit, c’est déjà assez compliqué de même (et non-obligatoire by the way)*. Imagine si, à chaque fois que tu essaies de lui montrer comment, il est déjà en phase de «je-suis-à-boutte»? J’aime bien faire des parallèles avec la vie adulte, alors imagine si ton patron attend toujours le vendredi 15 h pour t’expliquer un nouveau mandat. Ou encore, si ton homme t’explique les règles du football américain alors que tu penses juste à t’endormir sur la game… Pour apprendre quelque chose de nouveau, il faut être réceptif alors n’attend pas le point de non-retour, ça risque juste d’empirer la chose… Il vaut toujours mieux plus tôt que trop tard! 2- «Elle dort trop le jour, c’est pour ça qu’elle ne dort plus la nuit» : FAUX Le sommeil attire le sommeil! Plus un enfant dort, mieux il dort. Sauter des siestes est probablement la pire chose à faire avec un enfant qui en a encore besoin. Il n’y a pas de siestes trop...

Le reflux gastro-œsophagien et le sommeil, par Caroline Turcotte-Brûlé

2h30 AM, un mercredi. Nous étions confiants qu’enfin nous pourrions grappiller quelques heures de sommeil, et ce, pour la simple et bonne raison qu’à un moment donné, le karma doit bien finir par respecter sa part du contrat.  Mais non : 15 minutes après qu’il se soit endormi, notre adorable poupon de trois semaines se tortille, semble inconfortable et … pleure de plus belle. C’est à recommencer, encore. À cette époque, mon chum ne pouvait pas concevoir que notre bébé était simplement difficile; pour chaque problème, il lui attribuait un fondement extrinsèque, la plupart du temps un souci de santé éventuellement amplifié par ses interminables recherches sur Internet. Il a pleuré (que dis-je, crié) de 21h à 4h lors de sa première nuit à la maison? Son blues du troisième jour. Il reste collé au sein 23h52 sur 24 depuis des jours? Une grosse poussée de croissance, il faut bien qu’il s’alimente s’il veut être un grand joueur de soccer.  Maintenant que notre beau diable a cinq mois, mon chum a modéré cette habitude, allez savoir pourquoi. 2h35 AM, il me dit : Ah ben, c’est sûr qu’il a du reflux gastro-œsophagien! Son diagnostic est tombé comme ça nous arrive tous de dévaler les escaliers : ça fait mal, mais tu ne comprends pas immédiatement où ni pourquoi c’est si douloureux. Oui, ça faisait déjà quelques jours que lorsque notre fils était couché sur le dos, il se tortillait. Il faisait aussi mine de mâcher de la gomme, il criait après avoir ravalé, ne dormait pratiquement pas, etc., mais même si je n’en connaissais pas encore les répercussions concrètes, je me...

Formule miraculeuse du sommeil en 10 étapes faciles, par Bedaine Urbaine

Après tout ce temps, j’ai trouvé LA recette magique. Celle qui fonctionne pour TOUS les bébés et TOUTES les mamans. Celle qui n’a pas de faille. Celle qui résiste à toutes les régressions, les changements physiques aka poussées dentaires, les changements émotionnels aka retour au travail et/ou intégration à la garderie. Je te l’offre, gratis, simple de même, sur un beau plateau d’argent… Si ça c’est pas beautiful, je ne sais plus ce qui l’est! Étape #1 : Comprendre ce que tu fais Si tu n’as aucune connaissance sur le sujet, abonne-toi au groupe de TopTop Moms Ensemble, ou encore, écoute un des nombreux LIVE de la page professionnelle. Étape #2 : Fixer des objectifs réalisables Ton bébé a moins de 3 mois : profites-en, mets-toi en mode survie, demande de l’aide et fais du co-dodo.  Ton bébé est âgé de 3 à 6 mois : tu peux débuter tranquillement, mais attends-toi pas à grand-chose de VRAIMENT WOW, genre une nuit de 12 heures! Ton bébé est âgé de 6 mois et plus : alors là, c’est l’idéal! Étape #3 : Connais-toi toi-même Tu te connais TopTop Mom! Ne fais pas comme tout le monde parce que tout le monde le fait. Respecte-toi, ton rythme et ton style de parenting. Ne saute pas d’étape. Si tu ne sais pas par où commencer, respire, informe-toi, respire encore et va chercher l’aide nécessaire… Il n’y a pas que Bedaine Urbaine dans la vie tsé! Étape #4 : Cesse de te comparer Je le sais… Le bébé de ton amie Julie dort comme un ange pis le tien, non! Comble de malheur, le tien est plus vieux que celui...

L’ABCD du co-dodo par Bedaine Urbaine

Oh que je viens d’en choquer plusieurs qui dénoncent cette pratique ou de dérouter celles qui voient Bedaine Urbaine comme une méchante personne “parce qu’elle ne respecte pas le rythme de l’enfant et qu’elle les laisse pleurer”. Un cas comme dans l’autre, sache TopTop Mom, que ce que tu fais pour ton enfant est parfait si ça répond à tes convictions et tes valeurs. Je ne cherche pas à choquer ou partir des débats (j’haïs tellement ça #onelove), juste à t’aider à le faire intelligemment, si tu le souhaites. Tu pourrais aussi être celle qui sauverait la vie de ta meilleure amie en lui disant que le co-dodo existe… Parce que, c’est ça être une TopTop Mom : empathie & team work! A- Pratiquer le co-dodo par choix et non par obligation Tu n’es pas obligée de faire du co-dodo. Santé Canada recommande de faire dormir l’enfant dans son lit dans ta chambre pour les six premiers mois de vie. Si, à chaque respiration de ton babe, ça te réveille, tu n’es peut-être pas fait pour le co-dodo. Et si ça ne te parle vraiment pas, tu n’es pas obligée non plus. Mais sache que le fait de ne pas en faire par peur d’être pognée avec ton enfant dans ton lit à vie, ne devrait pas être une barrière, car il est TOUJOURS temps de modifier une habitude. J’en fais parfois avec mon garçon de 8 ans et pour moi, c’est sain, rempli d’amour et si agréable. Mais il est aussi capable de s’endormir seul les soirs où je dois avancer mes trucs Bedaine Urbaine. Tu vois la différence avec...

Jamais sans mon iPhone, par Bedaine Urbaine

Du 6 au 8 février, ce sont les Journées mondiales sans téléphone portable. J’aimerais vraiment pouvoir te dire que je ne l’utiliserai pas, mais je ne suis pas une menteuse. Hihihi! Comment veux-tu que je me réveille ce matin ? Comment veux-tu que je me rappelle mes rendez-vous ? Comment veux-tu que je me rende à Rosemère sans mon GPS ? Et oui, je suis rendue dépendante de ce petit objet indispensable, mais ratoureux. Il me permet de prendre des photos de chaque petit moment précieux, mais aussi de travailler où bon me semble… Donc, je pense qu’encore une fois, c’est pas noir ou blanc, tout est dans l’équilibre. J’ai par contre, depuis déjà quelques mois, modifié mes habitudes d’utilisation de mon appareil suite à ce que mon garçon m’a dit : «Maman, tu aimes plus ton cellulaire que moi!». Ça fait mal. Ben mal. Je sais qu’au fond de lui, il voulait seulement me dire de l’écouter attentivement, et je n’ai pas voulu prendre ça à la légère. Mon garçon étant beaucoup plus important à mes yeux que mon iPhone tsé… #believeitornot Premièrement, j’ai coupé la sonnerie et les notifications. Plutôt que de devenir esclave de «ding», j’ai décidé de bloquer des plages horaires dans mes journées où je réponds à mes messages et retourne mes appels. J’utilise maintenant mon téléphone à mon avantage c’est-à-dire quand j’ai le temps et quand j’en ai besoin. Il n’y a plus de petits ronds rouges qui me rappellent que 26 mamans attendent de mes nouvelles. Soyez sans crainte, je retourne toujours mes messages dans un délai plus que raisonnable, mais à l’extérieur...

Gros statement ici : J’ADORE BeachBody !

Gros statement ici : J’ADORE BEACHBODY! Non, je ne suis pas coach. Enfin oui! J’ai le titre pour profiter des rabais sur les suppléments de workout, mais je n’en fais pas de business proprement dit. Je ne vends rien. Je ne motive personne. Mais je m’entraîne 6 fois par semaine, la plupart du temps à 5AM. #callmecrazy Je ne dis pas ça pour me vanter là. Chacune fait ben ce qu’elle veut de son temps et de son corps, mais moi, ça me permet de garder le focus et de boire du vinooooo #ouijeboisduvino Et pourquoi je te parle aujourd’hui des coachs Beachbody ? Parce que je me lève pour prendre leur défense. Je suis tombée par tout hasard sur un article de blogue disant à quel point c’était n’importe quoi, que les coachs étaient achalantes et que ce qu’elles faisaient était même DANGEREUX! Dude, c’est pas parce que la cocaïne existe que tu es obligée d’en prendre t’sais. «Elles nous achalent sur Instagram!» : J’ai déjà reçu une demande en mariage et des «dick picks» sur Instagram. Sais-tu ce que j’ai fait ? J’ai bloqué l’abonné. Simple comme bonjour et efficace. «Elles osent dire que nous avons besoin de perdre du poids» : Dans la vie, du monde pas de tact, y’en aura toujours. Si tu te sens affectée, ben c’est peut-être parce qu’au final, tu ne te sens plus très bien dans ta peau. Mais c’est vrai que la minceur n’est pas un gage de bonheur, que l’entraînement est sain, mais pas obligatoire et que, dans la vie, TU FAIS CE QUE TU VEUX! Et encore, si une personne que...

Choisir une garderie : un jeu d’enfants ? par Bedaine Urbaine

Une question revient souvent sur le groupe des TopTop Moms Ensemble, alors pourquoi pas commencer 2019 avec les 5 meilleurs conseils et recommandations qui te permettront de laisser ton babe en toute confiance dès la première journée. (Ok, pas la première parce que c’est difficile pour tout le monde!) Choisir ta garderie relève d’un exploit. C’est quand même incroyable de penser que l’éducatrice de ton enfant deviendra un peu comme sa deuxième mom et son local, sa deuxième maison. Ben oui, il y passera plus de temps qu’à la maison. Sans compter la nuit, on s’entend… Il est donc important de prendre ton temps et de respecter ton premier feeling. Voici les conseils et astuces qui peuvent t’aider à te faire une opinion juste et impartiale sur la garderie: L’ordre et la propreté : La propreté doit régner, et les jours de tempête et de pluie ne sont pas de bonnes excuses pour observer le contraire. Surtout chez les poupons : les enfants rampent par terre et portent tout à leur bouche. Pour l’ordre, ce doit être ce que j’appelle «un désordre organisé». Trop d’ordre signifie que les enfants ne s’amusent peut-être pas comme il se doit, mais pas assez d’ordre découle d’un manque de discipline. Imagine ta salle de jeux et recherche la même ambiance. Une garderie vivante est une garderie heureuse. Sécurité : Il est important de vérifier les protections sur les prises de courant, la porte d’entrée barrée et accessible avec un code, les produits dangereux sous clé, le coin cuisine hors de portée des jeunes enfants… Les accidents se produisent à la maison avec un ou deux enfants,...

Comment «dealer» avec grand-maman, par Bedaine Urbaine

Ce billet s’adresse aux TopTop Moms qui, bien souvent, m’ont demandé : « Comment j’explique ça à ma mère ? ». Il s’adresse aussi aux grand-mamans qui ont la chance d’aider au quotidien. Vous êtes une équipe alors comment reconnaître le rôle de chacune sans se piler sur les pieds, nuire ou déclencher une 3e guerre mondiale… Pour TopTop Mom Si ta belle-mère ou ta mère ne viennent t’aider que quelques fois par mois pour te permettre de respirer un peu, ne perds même pas ton temps à lui expliquer ce qu’est l’entraînement au dodo et laisse-lui faire ce qu’elle veut et peut avec son petit-fils/fille. Après tout, tant qu’elle reste l’exception et non la règle, elle peut bien le gâter un peu (lire pourrir) cet enfant-là, non ? Profites-en pour dormir, prendre un bain, faire une sauce à spag, un pain aux bananes, chiller devant Netflix, aller prendre un café avec une amie… PROFITES-EN! Ton bébé est en sécurité, il ne manquera de rien (sauf un peu de sommeil, maybe!). S’ennuyer de sa progéniture peut être ben bénéfique sometimes! Mais si elle t’aide à tous les jours, alors là, amène-la voir un atelier sur le sommeil pour t’assurer qu’elle comprenne bien son rôle et les méthodes que tu prônes pour ton enfant. À deux, ça va deux fois mieux! Pour TopTop Grandma Je le sais, toi, les enfants tu en as déjà eus, tu as de l’expérience pis toute. Pour avoir eu la chance de compter sur ma mère et la abuelita de Jake, je sais que vos conseils sont précieux et qu’ils sont toujours donnés dans la meilleure intention...

À Noël, on gâte éco-responsable!

Ces dernières semaines, ma tête et mon cœur se sont confrontés… Ma tête : je ne veux pas que mes filles soient ensevelies sous les cadeaux, je ne veux pas que Noël soit synonyme de surconsommation et qu’on oublie l’essentiel de cette fête, soit de passer d’agréables moments avec ceux qu’on aime. Mon cœur (d’enfant et de maman) : je tiens aux traditions de Noël, je veux voir leurs petits yeux s’illuminer en déballant un cadeau, je veux les voir toutes excitées quand le Père Noël arrivera chez-nous. Pour moi, ces moments n’ont pas de prix! J’ai finalement réussi à réconcilier les deux. Chez-nous, à Noël, oui il y aura des cadeaux (en quantité raisonnable), mais ils seront judicieusement choisis. Les bébelles à batteries qui ont fait des milliers de kilomètres avant de se ramasser sous le sapin, non merci! Alors, si tes emplettes du temps des fêtes ne sont toujours pas commencées – stp dis-moi que je ne suis pas la seule à être à la dernière minute? – voici quelques petits trucs que j’ai trouvés ici et là pour gâter et célébrer de façon plus éco-responsable. DIY – Fais-le toi-même Si tu as un peu de temps et un minimum de talents créatifs, tu pourrais décider de fabriquer toi-même tes cadeaux. Là Pinterest est ton meilleur ami! Que ce soit comme cadeau d’hôtesse, ou même, pour un cadeau d’enfant, je te promets que tu y trouveras une foule d’idées. C’est impossible de ne pas faire plaisir en offrant quelque chose que tu as toi-même pris le temps de faire. #DIYChristmas Tu peux également faire participer ton enfant à créer...

Temps des fêtes avec bébé : Planification, action & réaction par Bedaine Urbaine

Temps des Fêtes moins 1. Que tu le veuilles ou non, il arrivera. C’est comme la neige. Ça revient à chaque année. On est toujours surpris que ça arrive aussi rapidement… Tu ne retrouves jamais le balai à neige à l’endroit où tu l’as garoché l’an dernier, tu procrastines sur ton changement de pneus qui aurait dû être fait depuis hier et t’oublies ben souvent de t’arrêter deux secondes pour contempler le décor féérique qui s’offre à toi parce que tu te dis que, anyway, tu le verras jusqu’au moins d’avril, si ce n’est pas mai… #winterlife Même pattern avec Noël : tu magasines à la dernière minute, tu procrastines sur la planification des déplacements et, après les Fêtes, tu es tellement épuisée que toutes les décorations de Noël se ramassent tout croche dans la même boîte parce que hey!… je le ferai l’an prochain! Alors STOP RIGHT NOW! #thankyouverymuch #spicegirlsvibe Cette année, le temps des Fêtes avec tes enfants (et leur sommeil!) sera sauvé par 3 beaux mots : planification, action & réaction. Je ne te ferai pas d’accroire : le temps des Fêtes scrappe TOUT. Le sommeil, l’éducation des enfants, ton régime alimentaire… Mais arrête de penser que ça scrappe tout et vois le verre à moitié plein. C’est aussi justement le temps de l’année où on fait ce qu’on veut, quand on veut, et qu’on peut mettre derrière nous le mode survie et juste vivre, profiter, se gâter… Ça prend des dominos quelque part dans une année! Laisse-moi t’expliquer en 3 étapes ce que tu vas faire pour en profiter au maximum que ton cœur de mère (et/ou ton foie!)...